Accueil » Église Apostolique et Œcuménique » Nos valeurs, notre histoire

Nos valeurs, notre histoire

Nos fondements catholiques

  • Notre foi : nous sommes catholiques
  • Notre légitimité : notre continuité apostolique remonte à l’apôtre Pierre par la succession de Monseigneur Duarte Costa (succession apostolique de notre évêque)
  • Notre Église reconnaît les 3 sacrements institués par le Christ : Baptême, Eucharistie, Réconciliation ; ainsi que 4 sacrements dit « canoniques » car non institués par Christ Lui-Même : Mariage, Ordre (mineurs, sous-diaconat, diaconat, sacerdoce et épiscopat), Confirmation, Onction des malades
  • L’Église Apostolique Œcuménique est reconnue comme Église par le Conseil Œcuménique des Églises qui réunit dans le Christ 500 millions de chrétiens, via le Conseil international des Églises Communautaires The International Council of Community Churches
  • Nos liturgies : chacun de nos prêtres est libre de choisir sa liturgie entre l’ancien et le nouveau rite (90% utilisent le nouveau)
  • Nous communions sous les 2 espèces et nous partageons la communion (nous ne la « distribuons » pas)
  • Nous sommes œcuméniques : notre Église rassemble des chrétiens venus d’horizons différents qui peuvent garder leur lien avec Dieu tel qu’ils l’ont construit.
  • Notre Église est fidèle au symbole de Nicée Constantinople et se reconnaît Église, Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Notre ouverture au monde actuel

Notre organisation intègre les laïcs

  • Notre organisation est synodale : toutes les décisions sont prises en collégialité avec l’évêque, les prêtres et les laïcs, chaque personne ayant 1 voix. Le synode se réunit tous les ans et est reconnu comme autorité de l’Église
  • Les laïcs gèrent, avec la même autorité que les clercs, les activités de nos paroisses, à travers une association cultuelle

Le clergé vit avec tous en ce monde

  • Nos diacres, prêtres et évêques peuvent se marier ou se pacser, ou être ordonnés mariés ou pacsés.
  • Les femmes peuvent accéder aux ordres (diaconat et prêtrise)
  • Nos diacres, prêtres et évêques travaillent pour subvenir à leurs besoins

Notre Église aime tous les enfants de Dieu, sans rejeter ni culpabiliser personne

  • Nous ne prescrivons ni jeûne ni abstinence, laissant au peuple de Dieu entière responsabilité en cette matière
  • Notre table de communion est ouverte à tous
  • Nous célébrons régulièrement des cérémonies avec des pasteurs protestants ou prêtres orthodoxes
  • L’excommunication n’existe pas chez nous
  • Nous acceptons de donner le sacrement du mariage à des personnes célibataires, divorcées, lgbt : de la même manière (Dieu est amour et ne peut pas ne pas être présent dans toute union)
  • Nous accueillons les LGBT dans le sens de l’unité dans la diversité
  • Nous bénissons les animaux
  • Nous reconnaissons nos frères baptisés, avec des rites et des liturgies différentes, comme membres de l’Église Une et universelle

Notre sérieux

  • Tous les membres de notre clergé sont formés et en formation permanente
  • Tous nos prêtres ont des paroisses et des paroissiens
  • Notre succession apostolique est valide (explications en bas de page)

Notre histoire

Notre église tient sa succession Apostolique de Mgr Carlos Duarte Costa.

Né en 1888 à Rio de Janeiro, Dom Carlos Duarte Costa a été prêtre en 1911 puis évêque en 1924, et a exercé son ministère avec beaucoup de dévouement notamment pour les pauvres.

Monseigneur Duarte Costa fut ensuite la cible d’une demande d’excommunication par l’épiscopat en place en 1945 pour avoir dénoncé le Secrétariat d’État du Vatican qui émettait des passeports permettant à des officiels nazis de s’enfuir vers l’Afrique du Sud. Cette demande n’a finalement jamais été signée par le Pape. Néanmoins Mgr Duarte Costa, se pensant excommunié, fonda le jour même l’Église Catholique Apostolique du Brésil (ICAB), dans laquelle il poursuivait sa lutte pour une réforme de l’Église et pour la défense des pauvres et des opprimés. S’inspirant de l’ancienne pratique de l’église primitive, il fonda des églises nationales, indépendantes et autonomes. Il défendait également une réforme de l’église sur l’abandon des messes en latin, l’accueil du divorce, le mariage des prêtres, le rejet des abus de pouvoir du pape… Il est mort en 1961.

Avant son décès, il avait consacré 8 évêques, dont 2 qui ont été reçus comme évêques dans l’église romaine, attestant de la validité de ces consécrations (exemples ci-dessous). Entre Monseigneur Duarte Costa et notre évêque Laurent Lenne, 4 évêques ont été successivement consacrés.

Vous pouvez découvrir nos communautés en France et nos services.